MARIANNE MISPELAËRE

ACTUALITÉS

BABEL
exposition collective
commissariat : Catherine Henkinet & Mélanie Rainville
ISELP (Institut Supérieur pour l'Étude du Langage Plastique) ; Bruxelles /BE
du 12 sept. au 14 déc.

le geste et la parole
conférence en lien avec l'exposition BABEL
le 30 nov. de 14h à 17h

UN BON DÉBUT
exposition collective
commissariat : Christophe Veys
Galerie d’Arts² ; Mons /BE
du 20 sept. au 09 nov.

MESSAGES SILENCIEUX
exposition collective
commissariat : FRACs Grand Est
Maison de la Region ; Strasbourg
du 08 au 31 oct.

GESTES PARLANTS
exposition collective
commissariat : FRAC LORRAINE
Collège Maurice Barrès ; Charmes
du 12 nov. au 11 déc.

RENCONTRE
bar "La Collective" ; Aubervilliers
le 27 nov. à 19h

À VENIR

DE LA LENTEUR ET DE LA MESURE
exposition collective
commissariat : Emmanuel Lambion
Bn Projects - Maison Gregoire ; Bruxelles /BE
du 01 déc. au 01 fév. 2020

DE LEUR TEMPS 6
20ème anniversaire de l'ADIAF
exposition collective
Musée de la collection Lambert ; Avignon
du 7 déc. au 15 mars 2020

ÉDITER-EXPOSER-EXPOSÉ-ÉDITÉ
exposition collective
BONUS - Atelier 8 ; Nantes
du 26 janv. au 02 fév.

CONFÉRENCE
ENSA Limoges
entrée libre
le 25 fév. à 18h30


Je produis et reproduis des gestes concis, simples et précis, inspirés de phénomènes actuels et sociétaux. Avec pour principal champ d’action le dessin, j'observe les processus d’invisibilité orchestrés au sein de nos sociétés contemporaines : invisibilité de certains corps, de certains récits, paroles tues, espaces publics disparues. Quel.s rôle.s occupe l’invisible pour nous aider à lire le monde ? Quel.s langage.s pour écrire ces invisibilisations ? Quels signes pour lutter contre / comprendre ces processus d'invisibilité ? Comment s’inscrire dans l’ici et maintenant, entrer en relation avec l’autre, susciter une action, révéler un désir, donner l’impulsion ? Les relations sociales, le langage et les systèmes de communication sont autant de dimensions politiques qui me permettent d’étudier les mises en action collectives et les engagements singuliers pris dans des entrelacs de forces sociales, politiques, culturelles et historiques.
Le dessin s’appréhende de l’échelle de la feuille de papier à celle de l’espace mural, jusqu’à l’image photographique, la vidéo, l’installation et l’action performative. Loin de se limiter au dessin en tant qu’image, ce sont ses composants que je manipule (une énergie, un geste, un support, des signes) afin d’explorer le dessin dans une dimension très large : mimesis plutôt que représentation, métaphore plutôt que réalisme, activation du geste plutôt qu’exploit du tracé.