MARIANNE MISPELAËRE

ACTUALITÉS

JET LAG / OUT OF SYNC.
triennale jeune création
commissariat : Anouk Wies
Rotondes et Cercle Cité ; Luxembourg
du 30 juin au 27 août 17

INVITATION WITHOUT EXHIBITION
exposition collective
commissariat : Martine Aboucaya & Co.
galerie Martine Aboucaya ; Paris
du 02 sept. au 21 oct. 17

revue CUARTO : Architecture Playground
numéro sur le Visible
diffusé en FR, EN, ES
automne 17

RÉSIDENCE À LA CITÉ INTERNATIONALE DES ARTS DE PARIS
automne hiver 17

À VENIR

BIENNALE DE LA JEUNE CRÉATION EUROPÉENNE
exposition collective
Montrouge
oct. 17

SOLO SHOW
commissariat : Martine Aboucaya
galerie Martine Aboucaya ; Paris
du 28 oct. au 23 déc. 17

RÉSIDENCE À LA MÉDIATHÈQUE D'HÉRICOURT
du 01 au 13 oct & du 28 nov. au 09 déc 17

SOLO SHOW
grand prix du 62e salon de montrouge
palais de Tokyo ; Paris
fév. 18

-->

Avec pour principal champ d’action le dessin, j'observe, je produis et reproduis des gestes concis, simples et précis, inspirés de phénomènes actuels et sociétaux. Mon processus de recherche se concentre sur les moyens de l’apparition, ses enjeux, ses conséquences, et par ricochet les disparitions, les effacements, les aveuglements, les silences. Mon travail questionne les relations sociales, le langage et les systèmes de communication, le rôle du lisible et de l’invisible dans nos sociétés, la porosité entre l’acte isolé et son environnement, à l’intérieur d’un mouvement, d’un contexte, au regard d’une écriture de l’histoire. Comment s’inscrire de façon collective dans l’ici et maintenant par le biais d’un processus singulier, entrer en relation avec l’autre, susciter une action, donner l’impulsion ? L'impulsion, sa révélation, qu'elle soit individuelle ou collective, est au cœur de mon travail. Un acte, c'est-à-dire : de l'action issue de la pensée au geste impulsif, qu'il laisse une trace dessinée, écrite ou immatérielle, a des conséquences, provoquant d’autres actes, d’autres conséquences, ici, ailleurs.

Le dessin est au centre de ma pratique ; à travers lui, se sont ses composants que je manipule (une énergie, un geste, un support, des signes). Il s’appréhende de l’échelle de la feuille de papier à celle de l’espace mural, jusqu’à la vidéo et l’action performative. Mon travail est relativement discret et long. Le temps du dessin, comme celui de l’écriture, suscite un engagement — celui de l’endurance et du plaisir entremêlés.